ARORY : Chemins de randonnée de la Résistance

Les premiers chemins de la Résistance dans l’Yonne

L’ARORY (Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance dans l’Yonne) en partenariat avec la communauté de communes de l’Aillantais et les collectivités locales(1), a créé depuis juillet 2012 les tous premiers chemins de la Résistance dans l’Yonne.
L’Yonne, département rural et boisé mais proche de Paris, traversé par d’importants axes de communication comme la ligne ferroviaire Paris-Lyon Méditerranée, offrait de nombreux atouts pour les responsables des organisations de résistance. Cela a favorisé l’implantation des réseaux, mouvements et autres  maquis qui ont ensuite mené des actions aussi diverses que variées entre 1940 et 1944.
Pour toutes ces raisons, il nous est donc apparu intéressant de créer des chemins de la Résistance permettant de découvrir ces lieux si emblématiques de la résistance dans des territoires, l’Aillantais et le Charnycois, profondément marqués par la mémoire de la Résistance, comme en témoigne le nombre important de stèles et plaques qui jalonnent les routes et chemins de ces deux cantons.

Descriptif des chemins de la Résistance

Ces chemins sont au nombre de six et représentent près de 80 km. Ils sont de longueur inégale, le plus court faisant 8 kms et le plus long 21. Leur balisage en jaune a été effectué par la Fédération française de randonnée pédestre, ce qui est un gage de qualité.
Le premier  part de Perreux (10 km) et mène sur les traces d’une des plus importantes organisations de résistance de l’Yonne, le réseau Jean-Marie Buckmaster qui comme son nom l’indique dépendait des services britanniques. De mai à juin 1944, le poste de commandement du réseau fut installé dans la  ferme de la Petite-Ermite.
Le deuxième au départ de Grandchamp propose une boucle de 8 km. Il permet de rejoindre le site magnifique de l’Etang-Neuf où était implanté le maquis du réseau Jean-Marie Buckmaster, un des plus importants de l’Yonne en juillet 1944.
Le troisième chemin  long de 12 km part de la Ferté-Loupière et conduit à l’emplacement du  maquis FTP (francs-tireurs et partisans) dit de l’Etang-Sec (ou de l’Ormery). Ce maquis a subi une violente attaque le 25 juin 1944 qui a provoqué sa dislocation.
Au départ de Chassy, le quatrième chemin (21 km) rejoint le lieu du Four à Chaux où un des premiers parachutages de l’Yonne a été réceptionné en juillet 1943. Ce long sentier traverse également la commune des Ormes, théâtre de combats meurtriers lors de la Libération.
Le cinquième  part  des Placeaux (10 km) et permet de découvrir le site de la Fontaine Joubert nichée dans la forêt de Merry-Vaux où était implanté en août 1944, le Maquis 2 dépendant du Service National Maquis. C’était le lieu de réunion des membres de l’état-major FFI de l’Yonne.
Enfin, le chemin des stèles d’Aillant-Bleury (16 km) qui passe par Saint-Maurice-Thizouaille et Chassy, vous conduira de plaques en stèles afin de découvrir les principaux acteurs  de la Résistance aillantaise et leur destin souvent tragique.

Contribuer à l’histoire de la Résistance tout en rendant hommage

Si ces six chemins constituent des sentiers de promenade et de randonnée qui suivent des itinéraires agréables et offrent de jolis points de vue, ils sont surtout des sentiers de mémoire et d’histoire.Chaque chemin dispose de panneaux lesquels exposent l’intérêt historique du lieu à découvrir. Par exemple, à propos de tel ou tel maquis actif dans une région, le randonneur pourra lire des explications sur l’origine du maquis, sur ses actions et sur la vie des maquisards. Illustrés de cartes et de photographies, les panneaux ont été conçus pour inviter les promeneurs à emprunter ces chemins de la Résistance. Des dépliants disponibles à l’office du tourisme d’Aillant-sur-Tholon proposent également des cartes et des descriptifs des itinéraires ainsi que des informations historiques complémentaires concernant les monuments situés à proximité du parcours de randonnée.
Pour les utilisateurs de smartphone et autre tablette numérique, ils pourront télécharger gratuitement l’application Guidigo afin de bénéficier d’une visite guidée. Pour les plus jeunes, un parcours plus ludique mais tout aussi instructif, intitulé Parcours de mémoire dans Aillant-sur-Tholon est téléchargeable sur le site de l’Yonne Tourisme à la page « enquêtes de culture ».
Enfin pour dynamiser ces chemins de la Résistance afin qu’ils soient utilisés par le plus grand nombre, le comité de suivi qui gère ces chemins(2) a décidé de proposer des randonnées commentées et aussi, démarche plus originale, d’organiser en partenariat avec l’Yonne en Scène des randonnées animées comme la Rando maquis 44  qui s’est tenue à la Ferté-Loupière où plus de 300 personnes (un record pour ce genre de manifestation !) ont répondu favorablement  à l’appel du… 16 juin(3) ! Des chemins de la Résistance existent désormais dans l’Yonne(4), n’hésitez surtout pas à les emprunter pour découvrir, seul ou en famille, une page de l’histoire locale tout en rendant hommage à ceux qui ont refusé la défaite et combattu pour la liberté.

Pour l’ARORY, Thierry Roblin

 Notes :
(1) Le Conseil général de l’Yonne, la communauté de communes de la région de Charny et l’office du tourisme d’Aillant-sur-Tholon sont les autres acteurs de ce projet. A noter que sur les six chemins, quatre dépendent de la communauté de communes de l’Aillantais.
(2) Le comité de suivi des chemins de la Résistance dans l’Aillantais s’est constitué en octobre 2012 et ses membres sont, William Lemaire, Bernard Fauvernay, Gérard Lauzeray et Thierry. Roblin.
(3) Une projection publique du film de la randonnée animée sera organisée fin 2013 à Aillant-sur-Tholon. Retrouvez tous les textes et photos de cet évènement sur le site arory.com
(4) Trois nouveaux chemins de la Résistance ont été crées en forêt d’Othe, au départ des Bordes et de Dixmont.

Rando-maquis 44
Dimanche 16 juin 2013, une première à la Ferté Loupière

On connaissait la célèbre fresque de la « Danse macabre » nichée dans la petite église de la Ferté-loupière, un des sites les plus connus de l’Yonne, mais ce dimanche 16 juin,  l’événement se situait ailleurs, plus exactement, sur les sentiers menant au maquis de l’Etang de l’Ormery. En effet, pour la première fois dans l’Yonne était organisée une randonnée-animée de 7 km sur les chemins de la Résistance. Ce projet initié par Thierry Roblin pour l’ARORY (Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance dans l’Yonne), a rencontré un vif succès puisque plus de 300 personnes, jeunes et moins jeunes, randonneurs amateurs ou avertis ont répondu à l’appel du 16 juin !

Le beau temps étant de la partie, on peut penser que les randonneurs frustrés par la météo exécrable de ces dernières semaines ont trouvé enfin l’occasion de pratiquer leur loisir favori. Cela dit, il n’est pas interdit de penser que si un grand nombre de personnes ont répondu à l’appel c’est peut-être aussi pour découvrir en famille, une page de l’histoire locale contextualité par les ;animations de L’Yonne en Scène. Car l’objectif était bien que ce soit le théâtre qui se mette au service de l’Histoire, les personnages et événement mis en scène étant inspirés de faits historiques.

Dès le départ après la distribution d’un (faux bulletin) du maquis la rude montée surprenait le groupe étiré sur plusieurs centaines de mètres. Mais tout le monde était bien déterminé à marcher sur les pas des maquisards. Au bout deux kilomètres rythmés par les explications historiques de Thierry Roblin, trois Feldgendarmesmitraillettes pointées en avant fendirent brusquement la foule à la recherche de résistants. Stupeur chez les randonneurs ! Dans la foulée, le public  assista à une première lecture extraite d’un témoignage du résistant René Martiré originaire de la Ferté-Loupière dans lequel les contraintes de l’Occupation étaient évoquées.

 Plus loin, devant le non moins remarquable château de la Vielle-Ferté qui fut occupé par des officiers allemands, le groupe pu écouter une deuxième lecture évoquant la lettre d’un soldat à sa fiancée. Au delà du moment d’intimité partagé, c’était l’occasion d’évoquer le sort des soldats français prisonniers en Allemagne. Vint ensuite la lecture très instructive de tout un inventaire d’armes et explosifs réceptionnés lors d’un parachutage qui annonçait les premiers actes de résistance dans l’Yonne. Cette animation se termina par le bruit sourd d’un avion anglais, un Lysander que l’on devinait larguer ses containers.

Puis ce fut le clou du spectacle, la rencontre entre deux maquisards.  C’était l’occasion d’évoquer l’attaque du 25 juin 1944 contre deux maquis de la région, le poste de commandement du réseau Jean-Marie Buckmaster situé à la Petite Ermite (Perreux) et le  maquis FTP de l’Etang-Sec implanté dans les bois de la Ferté Loupière. Les maquisards « Jean » et « Roger » étaient interprétés par deux comédiens professionnels, Sylvain Luquin et Ludovic Féménias. A la fois, drôles, espiègles mais aussi émouvants ces deux acteurs nous ont fait partager le temps d’un instant, le quotidien des maquisards, les risques qu’ils encouraient mais aussi les espoirs qui les animaient. Avant de se disperser, Jean remet une lettre à une jeune femme. Il s’agit d’une lettre écrite par Abel Minard résistant tonnerrois écrite avant son exécution  le 25 Avril 1942 au champs de tir d’Egriselles. Emu, le public écouta religieusement cette lettre comme un hommage au résistant fusillé.

Avec un tel succès pour une première, on peut penser que les partenaires qui ont soutenu le projet à savoir le Conseil général de l’Yonne, la Communauté de communes de l’Aillantais, le Comité du Souvenir Français, la Ferté Loupière et Aillant-sur-Tholon, sauront renouveler leur confiance pour l’année prochaine, Thierry Roblin pour l’ARORY et  Jean-Pascal Viault pour l’Yonne en scène ayant déjà de nouvelles  idées  qui pourraient surprendre le public…

 Pour l’ARORY, Thierry Roblin

Pour tous contacts :
arory.doc@wanadoo.fr
À consulter tous les textes et les photos de la randonnée animée sur le site arory.com, page Rando maquis 44. Un film est en cours de montage, une projection publique sera organisée à Aillant-sur-tholon fin 2013.